Ecrire un roman de fantasy 03: le héros doit-il être orphelin?

Voilà un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre et user les plus fervents anonymes du web dans leurs critiques sur les blogs fantastiques. Pourquoi les héros sont-ils souvent des orphelins ?

Tout le monde doit s’identifier

Déjà, il faut bien comprendre une chose : lorsqu’un auteur créé son personnage principal, il cherche à lui donner du corps et du cœur. Il doit pouvoir le façonner et le faire évoluer à sa guise pour que l’histoire se révèle suffisamment riche et intéressante. L’orphelin possède d’emblée un capital sympathie indéniable. Il a perdu ses parents et on ose à peine imaginer l’enfance qu’a été la sienne. Tout le monde déteste ces gosses de riche qui ont tout eu trop facilement et qui dénigre les petites gens.

star warsEnsuite, il est aisé de s’identifier à l’orphelin. Depuis des temps immémoriaux, les hommes recherchent la reconnaissance de leurs parents. C’est dans notre nature et, même si certains font exception, il suffit de regarder dans son entourage pour comprendre ce qui semble être une vérité. Du coup, le héros n’ayant pas de parents, cela nous enlève cette comparaison avec notre propre existence. Rien n’altère notre jugement. 

L’orphelin va alors tenter de se trouver un mentor. Harry Potter a Dumbledore, Frodon a Bilbon (et accessoirement Gandalf) et Anakin Skywalker a Obiwan. Ces trois livres sont des classiques et mettent tous en scène un orphelin. Ce seul argument devrait suffire !

S’extirper du modèle social

Mais le plus intéressant chez l’orphelin est qu’il ne correspond pas forcément au modèle de la société. En effet, aucune éducation véritablement parentale ne l’a perverti et il s’avère donc un personnage authentique, un autodidacte dont les choix s’avèrent sensiblement différents de ceux du commun des mortels. Si Frodon avait eu des parents, ces derniers auraient viré Gandalf de chez eux et enfermé leur fils à double tour. De même, Anakin n’aurait jamais quitté Tatoïne. On ne parle pas d’Harry qui aurait été élevé dans la magie et n’aurait pas suscité l’intérêt de ses professeurs.

Les possibilités avec un protagoniste orphelin sont illimitées, car son évolution au cours de l’aventure sera également déterminante. Le méchant peut d’ailleurs endosser parfaitement ce rôle. On entend très peu souvent parler des parents du grand méchant de l’histoire et c’est dommage. Imaginez les parents de l’empereur dans La guerre des étoiles ! Dans la continuité, Voldemor ne serait certainement pas devenu le seigneur des ténèbres s’il n’avait pas été orphelin.

Cependant, être orphelin n’est pas une obligation. Loin de là ! Les parents du héros peuvent tout simplement se faire discrets dans un roman ou jouer le simple rôle de guide. Il faut juste prendre gare à ne pas étouffer le personnage sous le poids d’un père ou d’une mère trop écrasants comme Boromir dans Le seigneur des anneaux. Nous n’aurions pas forcément suivi un tel personnage au bout du monde.

A vous de faire votre choix désormais !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s