Ecrire un roman de science-fiction 07: les vaisseaux spatiaux

Il n’y a pas de space opera sans vaisseaux spaciaux. Et même si l’aspect graphique d’un roman n’est pas celui d’une super-production hollywoodienne, il ne faut pas négliger cet aspect.

Lorsque vous allez créer votre univers, développer vos bases intergalactiques, placer vos planètes et estimer les distances séparant les différents éléments de votre monde, vous devrez prendre en compte un élément crucial: les vaisseaux spaciaux.
Dans l’immensité de l’espace, les déplacements rythmeront votre scénario et il faut donc anticiper les allers et venues de vos personnages.

Les vitesses

Tout comme un cheval se déplace moins rapidement qu’une voiture, les vaisseaux n’ont pas tous le même potentiel.
Si la consommation est à prendre en compte, c’est un aspect qui peut être laisser en second plan sauf s’il s’intègre à juste titre dans votre récit comme c’est le cas dans Stargate Universe.

La notion de vitesse est donc essentielle et pas forcément si complexe une fois qu’on s’est correctement documenté.
le site Geektonic répertorie dans un article très complet les trois vitesses les plus utilisées en science-fiction: la distorsion, l’hyper-espace et le jump.

Les vaisseaux

Pour la création de vos vaisseaux, vous avez l’embarras du choix. Du petit speeder de quelques mètres de long en passant par le croiseur plus grand qu’une ville, votre imagination sera le seul frein à la création. L’espace étant considéré comme un vide intersidéral, la matière faisant encore débat, le fuselage des vaisseaux représente avant tout une esthétique particulière propre à l’auteur. Vous êtes donc totalement libre!

Pour trouver l’inspiration, voici cette image et cette vidéo devraient vous aider.


https://www.youtube.com/watch?v=m_Loc7qX7FI

Les détails à prendre en compte

Un vaisseau spatial, ce n’est pas gratuit! Tout comme une Logan coûte moins cher qu’une Ferrari, les prix des vaisseaux seront variables.
Dans le 7ème volet de Star Wars, on peut se demander comment l’Empire, ruiné à la fin du Retour du Jedi, a pu se reconstituer une telle flotte en seulement vingt ans. Bref!
Faites donc attention à conserver une certaine cohérence à ce niveau.

Sur le pont d’un pétrolier, il n’est pas rare que les marins se déplacent ne vélo. Il peut donc être judicieux de prévoir un système mobile (genre ascenseur horizontal) pour les grands croiseurs. Vos personnages ne vont pas perdre quinze minutes à traverser leur vaisseau.

Autre point à prendre en compte, le compartimentage et l’espace dédié à chaque pièce. C’est le marin en moi qui parle, mais pour avoir dormi avec une dizaine d’autres gars dans des postes où la surface pratique au sol ne dépassait pas huit mètres carrés, je sais que tout est calculé et chaque espace est mis à profit. Oubliez donc les chambres spacieuses. Seuls les locaux de vie communes sont plus vastes.

Dernier point auquel je pense: les lumières. Sur un navire, on utilise très souvent des lumières rouges (remplacées par du vert dans la science-fiction pour l’ambiance). Cette luminosité a pour seul intérêt de permettre aux veilleurs de mieux discerner les autres bateaux dans l’obscurité et de ne pas signaler trop facilement son emplacement.
Dans l’espace, les radars remplacent exclusivement cette veille, car personne ne regarde dehors. A vous donc de faire votre choix sur ce point, mais l’intérieur d’un vaisseau n’est pas forcément obscur. Cela sert essentiellement à insérer une atmosphère plus pesante.

Voilà! Le prochain article sera dédié aux références du genre à ne pas manquer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s