Edition: les salons du livre

Les salons littéraires sont l’occasion pour l’auteur de rencontrer ses lecteurs et de promouvoir ses ouvrages pour inciter d’autres à le lire. Aujourd’hui, même si les auteurs publiés en maison d’éditions prévalent, les organisateurs se sont également ouverts aux autoédités.

L’auteur chouchouté

Dans la plupart des salons, l’auteur est reçu avec les égards qui lui sont dus. Non que les artistes soient des gens au-dessus du lot, mais tout simplement parce qu’ils prennent de leur temps libre, souvent tout un week-end, pour dédicacer bénévolement leurs livres. Les libraires et organisateurs le savent, le comprennent parfaitement et s’assurent donc que les écrivains soient bien installés. Thé, café, chocolats, friandises, petits gâteaux, rien ne manque que ce soit sur un gros salon de ville ou un plus modeste de campagne.

Les rencontres

Un salon, c’est avant tout l’interaction avec des membres d’une même communauté, celle des amoureux de la littérature. Lecteurs et auteurs se retrouvent autour de leur passion et l’atmosphère est très souvent conviviale voire familiale. Sur certains salons, je me souviens avoir oublié de faire la promotion de mes ouvrages avec certains visiteurs, car nous parlions de musique ou d’autres sujets. Ces échanges représentent en toute honnêteté la principale motivation qui me pousse à quitter tout un week-end ma famille.

Brisons le mythe!

Si j’affirmais que je me rendais sur les salons pour échanger, c’est surtout parce que les ventes sont maigres. Et même pour des auteurs primés. Les libraires annoncent une moyenne de dix livres/jour vendus pour un auteur. Je confirme cette tendance qui est très disparate selon les villes. Il m’est arrivé de vendre plus de 50 livres en une journée et demi sur certains salons et pas plus de 5 sur d’autres.
Si un auteur vous affirme qu’il n’a pas arrêté de dédicacer, soit c’est quelqu’un de connu avec une notoriété déjà bien assise, soit c’est un menteur. Les écrivains n’aiment pas trop parler de leurs ventes, car ils en ont souvent honte (à tort puisque le simple fait d’être lu est déjà exceptionnel à mon avis) par peur du jugement des autres. Le volume des ventes ne dépend pas que de la plume, mais surtout du marketing et du placement en librairie. J.K.Rowling n’aurait pas vendu plus de 1000 livres avec un mauvais diffuseur…

Etre un bon vendeur

Alors c’est clairement mon gros point faible. Si j’aime parler de littérature fantastique ou maritime, j’ai beaucoup de mal à vendre mes propres ouvrages. Il y a un côté racoleur que j’assume difficilement. Nous sommes pourtant là pour ça et les lecteurs attendent des auteurs qu’ils fassent la promotion de leurs romans. Un ami m’a d’ailleurs dit, lorsque je lui parlais de ce problème, qu’on prenait de notre temps libre pour aller sur les salons et qu’il ne fallait donc pas le laisser filer bêtement. C’est dit!

L’alternative que j’ai trouvé et que je conseille à ce qui sont dans ma situation est la suivante: imprimez des flyers!
C’est clairement très efficace, car ils permettent d’attirer l’attention des lecteurs (qui sont visuellement très sollicités lors d’un salon) sans pour autant les agresser pour qu’ils achètent votre livre. Ils peuvent lire tranquillement le résumé et revenir s’ils sont intéressés. De plus, dans l’hésitation, il auront tendance à ne pas oublier votre ouvrage.

Sinon, la meilleure méthode est celle de mon amie Anne Chevalier-Maho, auteur jeunesse aux nombreux talents qui multiplient les salons avec une réelle efficacité. Elle a le contact dans la peau et sait mettre en avant ses nombreux ouvrages à l’aide de divers articles promotionnels. Flyers, marque-pages, promotions trilogie, kakemonos et autres affiches, elle rivalise d’ingéniosité pour promouvoir ses ouvrages.
Allez, pour clore cet article, je vous offre une photo de son sourire!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s