Ecrire un roman de science-fiction 11: l’ordre intergalactique

Dans tout roman de space opera, on retrouve un gouvernement intergalactique, autorité suprême dont les décisions réglementent les agissements de l’univers. Cependant, bien que Star wars et sa république galactique aient formaté l’idée, il ne faut pas pour autant recopier naïvement le concept.

Toujours cette fameuse dichotomie

Lorsqu’on évoque Star Wars, on songe immédiatement à l’Empire et son célèbre dictateur ridé, maître de Dark Vador. Cette vision de l’ordre intergalactique peut sembler désuète, mais elle demeure néanmoins assez fidèle à ce que pourrait être une réalité future. L’éternel combat du bien contre le mal.

empire galactiqueDe nos jours, les lois sont dictées non pas par les gouvernements, mais par les multinationales qui possèdent armements, médias, luxe, automobile, banques et organismes alimentaires.  Croire le contraire est, je m’en excuse, naïf. Nous sommes donc en droit de penser qu’une transposition de notre condition actuelle dans l’espace amènera au même schéma. L’argent financera un gouvernement composé d’un conseil d’administration (l’ONU galactique) où les décisionnaires obéiront aux puissants. Ben oui! Ce n’est pas pour rien que l’ONU se contente simplement de menace sans jamais passer à l’action. Ils ne sont qu’une vitrine.

Si vous souhaitez donc poser les bases d’un gouvernement à la Star Wars, soit vous optez pour le maléfique empereur qui veut tout diriger, en somme un bon vieux dictateur moustachu, soit vous choisissez le camp des dirigeants financiers qui décident dans l’ombre. Dans les deux cas, une armée devra s’assurer de l’équilibre galactique pour éviter l’anarchie.

A noter qu’un tel système nécessite des moyens financiers très conséquents et, par déduction, des taxes ou impôts sur les peuples.

L’alternative des fédérations

Une autre option est de créer des fédérations indépendantes les unes des autres et possédant leurs propres lois dans des zones bien définies. On se rapproche des duchés moyenâgeux sans l’autorité royale.

Si cette voie demande plus de travail, car elle nécessite de créer des lois pour chaque fédération et de délimiter les galaxies, elle demeure néanmoins plus intéressante. En effet, il est possible d’explorer ainsi plusieurs modes de vie et surtout différentes sociétés. Meurtre, peine de mort, protection environnement, adultère, polygamie, emploi…vous pouvez créer votre propre campagne électorale… 🙂

En outre, il vous est possible de décider d’un conseil réunissant parfois les responsables de chaque fédération et de les mettre en compétition sur des sujets commerciaux. car les échanges communautaires resteront éternellement le propre de l’homme. Avant l’argent, il y a avait le troc. Nous n’évoluons pas beaucoup…

L’autarcie

Plus délicat à gérer, l’isolement complet des peuples et de leurs gouvernements peut toutefois s’avérer une idée à développer. Je pense qu’il faut en revanche songer à restreindre l’univers, car ce système est finalement peut viable et surtout incohérent avec la nature humaine. Cependant, explorer cette idée en local peut vous permettre de créer des races très mystérieuses, car repliées sur elles-mêmes.

Pour un roman plus sombre et immersif, l’autarcie peut s’avérer une bonne voie. Un personnage né dans un tel monde sera coupé de la galaxie et fera logiquement des découvertes incroyables.

Quoi qu’il en soit, songez bien que l’argent dirige aujourd’hui notre monde et que rien ne laisse croire qu’il en sera autrement dans l’avenir.
A vous donc d’imaginer une alternative à ce mode de fonctionnement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s