Ecrire un roman de science-fiction 14: le voyage spatio temporel

Voyager dans l’espace est un vieux rêve qu’il convient de placer avec habileté dans un roman de SF.

La notion de voyage spatio temporel est passée dans le langage courant des fans de space opera depuis des décennies. On ne compte plus les romans, films et BD qui ont traité le sujet avec plus ou moins de brio. Toutefois, il convient de prendre quelques précautions avant de se lancer dans ce grand chamboulement.

Quelques références de fiction

Lorsqu’on parle de voyage dans le temps, on ne peut s’empêcher de songer au célèbre roman La machine à explorer le temps de H.G.Wells, grand classique de la littérature de SF paru en 1895.
Pour bien s’imprégner de ce paradoxe délicat, je vous invite à lire différents ouvrages du genre, même si leurs théories ont été mises à mal depuis par le monde scientifique.
Ainsi, la série BD Universal War One devrait également vous ravir par la précision de son scénario.

Qu’en disent les spécialistes?

Si Galilée fut le premier à évoquer une théorie d’espace-temps, c’est Albert Einstein qui a frappé très fort en 1905 avec la fameuse relativité restreinte. Je ne vais pas vous faire un cours sur le sujet – j’en serais bien incapable – car malgré les nombreux articles que j’ai pu lire, certains points m’échappent encore. Cependant, j’ai saisi le principe de base qui convient qu’en voyageant à une certaine vitesse et à une certaine distance de la Terre, notre horloge biologique vieillirait moins vite…de quelques millisecondes…

trou de verMême si différentes thèses viennent ébrécher la théorie d’Einstein ses dernières années, la relativité restreinte demeure la référence. Les scientifiques s’accordent donc à dire qu’un voyage aller-retour à très grande vitesse vers une étoile très lointaine permettrait de ralentir le vieillissement.

Mais ce n’est pas ce que nous voulons dans notre scénario. La relativité restreinte n’a d’utilité dans un récit que pour faire vieillir brusquement des spationautes comme c’est le cas dans le chef d’oeuvre Interstellar.

Le trou de ver

La physique quantique échappe au commun des mortels, mais également à la majeure partie du monde scientifique. Il semble donc raisonnable de s’affranchir des détails pour se concentrer sur les principes de base.

trou de verEt c’est là qu’intervient le trou de ver. Véritable raccourci imprévisible et hypothétique, il courberait l’espace-temps pour relier deux points extrêmement éloignés l’un de l’autre. Pour faire court, vous marquez deux points sur une feuille de papier et vous la plier ensuite pour que les points se touchent. La distance qui les séparaient devient alors nulle.

Cette théorie permet logiquement toutes les libertés. L’important reste alors de respecter le jargon scientifique pour conserver une certaine authenticité. Ce glossaire du CNRS devrait vous aider.

Le paradoxe du grand-père

On l’a tous entendu, beaucoup en ont débattu avec vigueur, le paradoxe du grand-père reste le point sensible du fameux voyage spatio temporel. Si je voyage dans le passé et que je tue mon grand-père, est-ce que je meurs?
Je ne vais pas en débattre avec vous, car ce paradoxe est avant tout une mise en garde pour les auteurs. La cohérence d’un tel récit est extrêmement difficile à tenir et il faudra redoubler de vigilance pour ne pas sombrer dans le grotesque.

De nombreux scénaristes ont opté pour le multivers pour s’affranchir de ce paradoxe. Mais n’abusez pas du voyage spatio temporel et n’en faite surtout pas un simulacre de deus ex machina. Cela gâcherait tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s