Tout le monde peut-il devenir auteur?

C’est une question qui revient souvent et qui a tendance à diviser les auteurs.
Touché par la grâce ou bourreau de travail, l’écrivain aurait deux choix, deux univers qui se confrontent lorsqu’il s’agit de définir le romancier.

La France aime sacraliser les auteurs et une forme d’élitisme porté par les microcosmes parisiens ont fait croire aux écrivains en herbe qu’ils ne méritaient pas le Graal. Facile de prôner de tels discours lorsque papa est ami avec les éditeurs de Gallimard!
C’est ainsi que bon nombre de romanciers avancent que cet art littéraire serait inné. Touchés par un narcissisme presque risible, ces hommes et ces femmes aiment être flatté.
Et si l’art français, sous de nombreuses formes, est devenu si pauvre, c’est justement à cause de ces comportements oligarques qui réservent le beau à l’élite.

Sauf que la vérité est tout autre!
Car auteur, au même titre que boucher, ébéniste, comptable ou maçon, ça s’apprend.

Dans ma scolarité, mes notes en Français laissaient perplexes mes enseignants…et pas en bien! Même le directeur affirmait n’avoir jamais vu ça. Je détiens très fièrement le record de la plus mauvaise note de mon lycée au BAC de Français. Très fièrement, car je n’aime pas qu’on m’impose l’art, qu’on m’oblige à aimer. J’en perds toute subjectivité.
Et des années plus tard, j’ai écrit douze romans et en ai publié neuf chez deux éditeurs traditionnels.

Comment? A force de travail!

ecrivain-clavier

J’ai fouillé le net pour trouver des blogs comme celui-ci (et c’est pourquoi je rends un peu de ce qu’on m’a donné), j’ai contacté des auteurs, des enseignants, des libraires, des bibliothécaires. J’ai lu et écrit en ne cessant jamais de corriger mes textes.

Les hommes ne naissent pas en sachant parler et écrire. Ils l’apprennent. Pourquoi en serait-il autrement pour les romanciers?
Je ne dis pas que tout le monde peut devenir un bon auteur. Mais écrire est accessible à tous. Il suffit tout simplement de la détermination nécessaire.

Oubliez donc ceux qui, comme pour moi, ont tenté ou tentent encore de vous faire baisser les bras.
Et retenez cette phrase de Marc Twain:

« On ne leur avait pas dit que c’était impossible, alors ils l’ont fait.« 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s