16 idées pour écrire une description de livre qui fasse vendre

Cet article a été rédigé par Olivier Morel, du blog publiersonlivre.fr, blog dédié à la promotion et au marketing pour auteurs.

Cette description, ce résumé de votre livre pour Amazon, fnac.com, Babelio et les autres, c’est un passage obligé pour vendre son livre en ligne. Et pourtant, vous le redoutez. Je le sais, vous me l’avez dit sur le blog. La description destinée à la page de vente est trop souvent bâclée. Je vois énormément d’auteurs qui se contentent de choisir un extrait de leur livre, ou d’écrire en 3 phrases l’intrigue de leur roman. Pourtant, la description constitue un des éléments clés permettant de trouver des lecteurs.

Le lecteur potentiel se trouve sur la page de votre livre. Il vous a trouvé dans les recherches, il a apprécié votre couverture (et c’est déjà beaucoup, surtout en auto-édition). Maintenant, le dernier effort est de lui donner envie d’acheter votre livre.

Les descriptions qui font vendre ne sont pas des coups de chance. Elles sont le résultat d’une méthode de rédaction et d’une démarche marketing qui permet d’augmenter le taux de conversion. Mon objectif est de vous en donner les ressorts.

Changez de perspective

La chose la plus importante à comprendre pour réussir votre description est qu’il ne s’agit pas d’un résumé, mais d’une publicité, ou d’une bande-annonce. Je sais que le mot est parfois tabou dans l’édition, pourtant c’est bien ce dont il s’agit. La description doit faire vendre. C’est donc une posture marketing, ou publicitaire, que vous devez adopter. Vous devez donner au lecteur des raisons de lire votre livre.

Par beaucoup d’aspects, les descriptions procèdent de la même démarche et des mêmes ressorts marketing que les titres de livres, sur lesquels j’ai écrit un article destiné à vous aider à trouver un titre de livre qui fasse fondre les lecteurs.

 

Pour toutes les descriptions

Comprendre sa cible

Avant même de démarrer la rédaction de votre description, vous devez comprendre à qui vous vous adressez. Qui est votre lecteur habituel ? Achète-t-on votre livre sur une impulsion, ou bien est-ce le résultat d’un besoin clair ?

Que veulent vos lecteurs ? Se divertir ? Avoir des frissons ? Progresser ? Voyager ? Vous devez répondre aux attentes de vos lecteurs. Montrez leur que vous pouvez leur apporter ce qu’ils cherchent. Pour cela, exprimez par des mots le problème ou l’envie que votre lecteur rencontre, et montrez lui ce que vous allez lui apporter.

Coller aux codes de son genre

Si vous écrivez de la littérature sentimentale, les lecteurs veulent connaître les personnages et les sentiments qui prédominent dans le livre, ainsi que le niveau d’action. Si vous écrivez un thriller, les gens veulent être accrochés et connaître la suite de l’intrigue immédiatement. Si vous écrivez un livre de non-fiction, les lecteurs veulent découvrir ce qu’ils vont apprendre dans votre livre, et comment cela va changer leur vie.

Regardez par exemple comment ce roman d’Aurélie Valognes colle parfaitement aux codes du roman feel-good :

aurélie valognes

« Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre.
Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique.
Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie ?

UNE CURE DE BONNE HUMEUR ET D’OPTIMISME !  »

Etre direct et clair

Dans une description, il n’y a pas de place pour des phrases fleuves ou des digressions. Il faut aller droit au but, faire des phrases courtes et riches. Cependant, les descriptions de romans sont souvent trop courtes. Certes il faut faire vite, mais 3 phrases pour décrire un livre et son imaginaire, c’est probablement trop peu pour faire découvrir les personnages et donner du frisson. Direct et clair ne veut pas dire sec et rapide, attention.

Il n’y a pas de nombre de mots idéal pour une description. Certains auteurs vous diront qu’il faut écrire 150 mots. J’estime que c’est trop peu. L’essentiel est plutôt d’être efficace. Il ne doit  pas y avoir de mots pour rien.

La première phrase est essentielle

On l’appelle la phrase d’accroche. 80% des lecteurs ferment la page ou cliquent sur un autre livre après cette première phrase. C’est la phrase qu’il faut particulièrement travailler.

C’est ce que fait par exemple Folco Chevalier dans son livre Cœur à Cœur, en positionnant une phrase d’accroche en gras, avant même d’entamer sa description :

coeur à coeur

« Un génie de la Silicon Valley. Une chanteuse la plus adulée au monde. Un incroyable secret qui les lie … »

Inciter à l’achat

Personne n’écrit une description par pur plaisir de l’écriture. La description est toujours dirigée vers un objectif l’achat. Comme un bon argumentaire de vente, elle doit se terminer par la proposition d’achat. Que ce soit « Cliquez sur le bouton Acheter en 1 clic », ou « Faites-vous livrer ce livre », ou « Vous allez être surpris », à vous de trouver la formule qui dirige vers le clic de mise au panier.

La rendre personnelle

Il ne faut pas hésiter à vous livrer dans une description. C’est le lieu où l’auteur parle à ses lecteurs. Faites parler vos tripes, dites ce qui est exceptionnel dans votre livre, ou ce que vous avez mis des centaines d’heures à créer, ou encore comment le livre s’insère dans votre itinéraire personnel et en lien avec vos autres livres. Soyez personnels.

Apporter des preuves

Les bonnes descriptions comportent toujours des extraits des critiques littéraires de blogueurs ou de journalistes. Les lecteurs sont comme tout le monde, ils sont convaincus par les leaders d’opinion ou les medias crédibles. Ainsi, n’hésitez pas à copier-coller des critiques que votre livre aurait reçu, en citant la source.

Voici par exemple les citations écrites par Rachel Vanier, l’auteur d’Ecosystème sur Amazon :

écosystème

Faire référence à d’autres livres ou d’autres auteurs

Votre livre surfe sur la même tendance qu’un livre connu ? Vous vous sentez proche d’un auteur qui vend plus de livres que vous ?

Il est alors légitime de l’écrire dans votre description. D’une part, cela servira de repère aux lecteurs qui ne vous connaissent pas, et d’autre part, la mention de ces auteurs vous permettra d’apparaître à la suite de leurs livres dans les moteurs de recherche, puisque les algorithmes d’Amazon ou de la Fnac assimileront votre livre comme apparenté à cet auteur. Ainsi, vous gagnerez des visiteurs sur vos pages de livres, et vraisemblablement des lecteurs, qui apprécient le genre dans lequel vous écrivez.

Susciter des émotions

En tant que consommateurs, nombre de nos achats sont gouvernés par nos émotions. Nous achetons parce que nous en avons envie, mais nous ne savons pas l’expliquer. C’est très souvent le cas pour les achats de livres, qui ne sont pas des produits chers, mais qui peuvent nous apporter beaucoup. Certains livres changent une vie.

Pour travailler ces émotions dans votre description, il faut parler au lecteur de ce qui est important pour lui, de ce qu’en son for intérieur il essaye d’obtenir en achetant le livre (quelques heures de tranquillité, des fous rires, des frissons, se rassurer, prendre confiance en lui, se sentir plus intelligent, partir en voyage, découvrir une langue, rencontrer des gens …) …

 

Pour la fiction

Susciter l’intrigue

La description doit réussir la prouesse de plonger le lecteur dans le récit en quelques phrases. Je sais, c’est très difficile. Les bonnes descriptions présentent les principaux personnages, décrivent les lieux et suscitent l’interrogation pour chaque sujet.

Ce n’est pas tout de le dire. Chaque phrase est à ciseler pour qu’elle apporte le maximum de valeur et d’informations au lecteur, tout en lui laissant un parfum intriguant de suspens. C’est ici que votre travail d’écrivain va prendre toute son ampleur, en étant excellent et synthétique.

Utiliser des mots qui évoquent des images et entraînent l’imagination

Le lecteur doit être transporté dès l’accroche. Transportez-le littéralement hors de son siège vers votre univers, comme vous savez le faire dans votre livre, mais en quelques lignes. Vous avez déjà développé un champ lexical pour votre roman, et vous avez probablement même des fiches de mots clés pour caractériser vos personnages, vos paysages, l’univers de votre livre. Réutilisez-les, pour n’en choisir que les meilleurs dans le roman.

Finir sur une note ouverte

La fin de la description peut, soit

  • Se terminer sur une question, qui en appelle à l’imagination du lecteur et donne envie de savoir la réponse. Comme « Annie pourrait-elle arriver à retrouver … »
  • Se terminer par une mission, ou un enjeu. Comme «Notre héros doit absolument réussir ce défi pourtant insurmontable. »

Par exemple, la description du livre « 11 juin » de Matthieu Biasotto termine sur cette note intrigante, qui nous donne envie de connaître la nature de la « promesse » :

biasotto

« C’était un 11 juin et cette promesse, vous ne l’oublierez jamais »

 

Pour la non-fiction

Se demander quels sont les problèmes de ses lecteurs

L’auteur de livre de type guides pratiques est un professeur. Il doit transmettre une connaissance, aider les lecteurs à résoudre leurs problèmes, les faire progresser. Après avoir lu votre description, le lecteur doit donc être convaincu que votre livre est la solution pour lui.

Regardez par exemple comment Olivier Roland présente d’entrée de jeu les problèmes de ses lecteurs, puis les solutions qu’il apporte :

« Vous en avez assez du métro-boulot-dodo, ou de ces études interminables dans lesquelles vous apprenez surtout des choses qui ne vous serviront pas ? Brisez la routine et réussissez en dehors du système en suivant cette méthode étape par étape basée sur l’expérience de centaines d’entrepreneurs et appuyée par plus de 400 références scientifiques.

Comprenez les limites du système éducatif et pourquoi il est de plus en plus obsolète, hackez votre éducation en boostant votre QI, apprenez comment vraiment apprendre efficacement et devenez libre en créant une entreprise qui soit au service de votre vie, plutôt que votre vie au service de votre entreprise… bref rejoignez le mouvement grandissant des rebelles intelligents ! »

Démontrer votre expertise

Dans ce genre, on achète autant un livre qu’un auteur. Le lecteur doit comprendre que vous êtes la bonne personne pour résoudre son problème. La solution, c’est vous, et à travers votre livre.

Cependant, il est important de ne pas présenter ces éléments de manière autoritaire. La formulation doit être « Vous allez apprendre », plutôt que « Je vais vous enseigner ».

Présenter les bénéfices

Concrètement, cela signifie que vous devez expliquer point par point ce que le lecteur va retirer de votre livre. Présentez le « Quoi », c’est-à-dire le contenu, les principaux sujets et le « Comment », c’est-à-dire les méthodes à mettre en place pour y arriver. Beaucoup d’auteurs écrivent les grandes parties de leur livre ou les questions auxquelles le livre répond dans leur description. D’autres apportent déjà quelques solutions, en donnant envie d’en savoir plus.

Les descriptions de livres pratiques sont généralement plus longues que les romans. Contrairement à la fiction, où le lecteur est pressé et la concurrence rude, le lecteur de guide pratique cherche quelque chose de précis, et il ne veut pas se tromper. Il va comparer les 2 ou 3 choix qui s’offrent à lui avec attention. L’auteur a donc l’obligation d’apporter des détails.

 

Sur la forme

Les auteurs auto-édités doivent rédiger leur description eux-mêmes. C’est un réel atout pour lui donner la forme la plus attirante, et utiliser toutes les possibilités, notamment sur Amazon KDP.

  • Comme dans cet exemple, utilisez des tirets. Le format «Bullet points» est très apprécié des lecteurs, car il permet d’aller droit au but, et de survoler le contenu.
  • Faites des paragraphes courts et des phrases courtes.
  • Utilisez le gras, l’italique et différentes tailles de police. Pour mettre un mot en gras, écrivez <strong> avant et après le mot. L’éditeur de texte transformera le mot en gras, et vous verrez le résultat sur la page, sur Amazon par exemple. Pour le mettre en italique, c’est <i>. Pour souligner, c’est <u>. On appelle cela des balises HTML.
  • Ne mentionnez pas de date ou d’évènement récent, cela a de la valeur aujourd’hui, mais dans 6 mois, ce message rendra votre description démodée.
  • Ré-utilisez dans votre description les 7 mots clés que vous placez en mots-clés dans l’outil d’édition KDP ou Kobo. Ainsi, ils auront plus de valeur et pèseront dans le moteur de recherche.

Si vous avez repéré de bonnes descriptions, ou des formes qui vous ont inspirées, alors partagez-les avec nous dans les commentaires J.

Cet article a été rédigé par Olivier Morel, du blog publiersonlivre.fr, blog dédié à la promotion et au marketing pour auteurs.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s