Pourquoi la série Kaamelott est une masterclass d’écriture?

Ceux qui suivent ce blog savent que je suis un grand admirateur d’Alexandre Astier et de son travail. Il fait partie, selon moi, des génies de notre temps et la série Kaamelott est une preuve de la justesse du scénario de ce grand créateur. Maintenant que j’ai visionné une bonne trentaine de fois chaque épisode, je regarde d’un œil plus professionnel cette série et m’instruiS comme le ferait un élève en masterclass d’écriture.

Des personnages justes

Si je suis un maniaque de la cohérence, Alexandre Astier est un obsédé de la justesse. Il a grandi à l’école de Louis de Funès et ça se voit. Le personnage d’Arthur possède d’ailleurs quelques-unes de ses mimiques.
La justesse, c’est quoi? C’est la manière d’agir et de réfléchir dans le but d’obtenir un résultat qui ne présente ni erreur ni écart. Il s’agit en fait d’exactitude.

Lorsqu’on observe attentivement les différents personnages présents dans la série Kaamelott, on se rend compte qu’ils restent fidèles à eux-mêmes tout au long des épisodes. Sans être prévisibles, leurs réactions sont parfaitement cohérentes avec leurs caractères respectifs. Il n’y a aucune fausse note.
Jamais je ne me suis dit: « Tiens! Sa réaction est étrange. ça ne colle pas vraiment! ». Et pourtant, j’ai cherché la faille.

Des sujets de société

Là encore on peut parler de justesse, car transposer des sujets de société contemporain dans l’univers médiéval du Vème siècle n’est pas chose aisée. Pourtant, Alexandre Astier réussi encore ce pari à maintes reprises.

Le plus redondant et certainement le plus drôle reste celui du monde paysan. Je connais assez bien ce milieu et peux vous assurer que la série reflète la réalité. C’est bluffant.

Toutefois, le sujet de société le plus profond et peut-être le plus sombre est celui qui traite de la paternité d’Arthur. On ressent pleinement la détresse de ce personnage qui s’enfonce dans la dépression (livre 5) par peur de ne pas avoir de descendance. La stérilité est un sujet complexe que le créateur de Kaamelott explore avec beaucoup d’émotion et de finesse. La peur de ne pas pouvoir procréer est un phénomène réel et difficile à vivre autant pour l’homme que pour la femme.
Le passage où il se promène en rêve dans un champ de blé en tenant la main à un fils imaginaire est superbe.

La musique

Alexandre Astier est un musicien et ça se sent. Les épisodes sont rythmés, cadencés. C’est un jeu qu’il faut décrypter pour bien le concevoir, mais c’est assez incroyable d’exactitude. Par ailleurs, de nombreux épisodes sont liés au chant ou à la musique elle-même.

C’est un point que j’affectionne tout particulièrement, car je suis moi aussi musicien (pas de son niveau), musicophile et la musique est présente dans tous mes romans. Je m’instruis donc une nouvelle fois en visionnant Kaamelott.

Des scénarios complets en 2 min 30s

C’est tout bonnement incroyable!
Pour un auteur, l’écriture d’une nouvelle réellement passionnante (voire d’une simple histoire d’une ou deux pages) et bien ficelée est un exercice très difficile. Alexandre Astier réussi le pari pour chaque épisode de la série.

L’un des plus révélateur est l’épisode 277 intitulé  » Le havre de paix ». Il illustre à merveille comment une situation figée peut se débloquer voire s’inverser lorsqu’une des deux parties fait un « beau geste ».

Je vous retranscris l’histoire:

Léodagan est tranquillement installé sur un banc, sous un gros arbre, dans le parc du château. Il profite visiblement de ce moment paisible, jusqu’à ce qu’un oiseau se mette à chanter assez fort. Léodagan se met à râler après le volatile, qui s’arrête immédiatement. Le chevalier reprend donc sa méditation… jusqu’à ce que l’oiseau recommence à piailler.

***

Arthur arrive près de Léodagan, un livre à la main. Il est très surpris de voir son beau-père assis sur son banc, sous son arbre. Léodagan s’offusque, puisque cet arbre n’appartient à personne, et que tout allait très bien jusqu’à ce que le Roi débarque et vienne l’ennuyer.

Mais Arthur insiste : il vient tous les jours à la même heure à cet endroit pour être au calme, et se recentrer sur les problèmes de l’Etat. Léodagan ne veut pas partir, alors Arthur utilise son pouvoir absolu : il donne l’ordre à son beau-père d’aller ailleurs. Léodagan part, en colère, tout en suggérant à Arthur qu’il peut rester vivre sous l’arbre, cela lui permettra de le voir le moins possible. Arthur s’assoit, et lit son livre.

Plus tard, Arthur lit encore son livre sur le banc. Mais Léodagan s’approche ce qui met le roi en colère. Léodagan lui explique alors qu’il revient des cuisines, et qu’il lui propose de lui donner un bout de pain en passant. Arthur n’en revient pas de l’hospitalité de son beau-père, et il finit par lui demander de s’installer près de lui pour manger. Léodagan refuse dans un premier temps, mais il finit par accepter assez vite.

***

Arthur et Léodagan mangent ensemble sous l’arbre, lorsqu’un oiseau se met à chanter fort. Léodagan s’en plaint, alors Arthur jette un caillou sur l’oiseau. En voix-off, Léodagan dit qu’il est gêné de changer les habitudes du Roi.

Rédigé par Aelis pour Kaamelott Hypnoseries


Ce qui est intéressant dans cet épisode est le retournement de situation. Il suffit que Léodagan fasse un geste désintéressé pour que tout s’inverse. Arthur va même jusqu’à caillasser un oiseau pour son beau-père. D’ennemis, ils en deviennent meilleurs amis.

Je vous invite donc à suivre cet auteur talentueux en vous procurant les différents coffrets de la série Kaamelott, le DVD Que ma joie demeure ou encore l’excellente Exoconférence. Vous pouvez également vous rendre sur ma chaîne Youtube ou je répertorie régulièrement ses interventions les plus pertinentes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s