Soigner l’entrée des artistes dans un roman

Un roman, c’est une histoire en trois actes avec un début, un milieu et une fin. Lorsqu’on  a assimilé ce concept, il est possible de se projeter dans l’univers du cinéma ou du théâtre et d’appréhender ses personnages comme des artistes cherchant à exprimer des émotions.
Dès lors, il faut soigner leur entrée et ne rien laisser au hasard.

On a une seule fois l’occasion de faire une bonne première impression

La première impression que vous aurez sur un personnage en lisant un roman sera comme figée dans votre subconscient. Impossible de s’en défaire!
Cette première impression que laissera le principal protagoniste sur  les lecteurs doit donc être savamment travaillée tout en demeurant authentique. Pas facile!

Ecrire, puis réécrire le premier chapitre

Le premier chapitre est de loin le plus difficile à écrire. Je veux dire à « bien » écrire!
En effet, lorsque vous vous lancez dans cette étape, vous avez généralement une bonne dose de motivation et les lignes s’enchaînent sans soucis. Pas de page blanche! Pas de problème! C’est normal.

Méfiance! C’est trop facile. 

Lorsque vous aurez achevé l’écriture de votre roman, il sera grand temps de relire ce premier chapitre et d’en faire une critique objective. Sans vouloir vous décourager, il y a de fortes chances qu’il faille recommencer cette partie essentielle, car l’élan de départ aveugle. Vous avez laissé parler votre cœur avec authenticité. Il faut désormais se la jouer professionnel et songer aux attentes des lecteurs.

L’entrée des artistes

La première action de votre personnage principal doit être déterminante et en cohérence avec l’ensemble de votre récit.

Nul besoin que ce soit extraordinaire! La scène doit simplement être juste.
Le héros peut combattre, suivre quelqu’un, ramasser un déchet dans la rue, écouter la radio dans un bunker…peu importe! Il faut simplement garder à l’esprit que ce qu’il va faire, ce qu’il va dire, qui il va côtoyer, déterminera la suite de votre roman. En gros, il ne faut pas mentir sur qui il ou elle est. Le lecteur n’aime pas être trompé!

Pour ce faire, soignez chaque détail et travaillez vos dialogues s’il y en a.

Parenthèse de l’aspect éditorial

J’ai très souvent lu de jeunes écrivains se plaindre d’un refus de manuscrit auprès d’un éditeur, arguant que le comité de lecture n’avait que parcouru son roman.

« S’il avait lu mon roman jusqu’au bout, il aurait adoré! »

L’éditeur doit se mettre à la place du lecteur. Et je ne connais personne qui lise l’intégralité d’un livre dans une librairie avant de l’acheter.
Dans mon cas, je lis le quatrième de couverture, les premières pages et quelques pages au hasard. Si l’accroche me séduit et que le style se tient, j’achète.
L’éditeur va plus loin, car il sait qu’il pourra retravailler certains passages avec un correcteur professionnel. Mais après un centaine de pages, son avis est fait. C’est évident!

Il faut donc faire très attention à cette entrée des artistes, car elle est essentielle aussi bien pour les lecteurs que pour les éditeurs.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s